Bon à savoir,  Mood

Le froid et la drépanocytose

J’ai froiiid  🥶 ! Voilà, ça c’est dit.

L’hiver s’installe et autant vous dire que ce n’est pas du tout ma saison favorite. Franchement, je hais le froid et le froid me le rend bien.

La période hivernale n’est pas la meilleure pour la/le drépanocytaire. Le climat privilégié d’un porteur de la maladie doit être ni trop chaud ni trop froid. Donc, difficile de trouver le bon équilibre et vu que nous ne sommes pas tributaires de la météo de notre environnement, alors on s’adapte.

Pour ma part, je préfère gérer le trop chaud au trop froid.  Le froid me paralyse littéralement, il pénètre dans ma chair, s’infiltre sous mes os et me mets dans une position d’inconfort permanent. Mes os craquent, mes muscles claquent et se contractent. Je frissonne en permanence, mes extrémités sont toujours glacées, bref je vis une période d’extrême vulnérabilité tous les hivers. Un seul objectif ne pas finir hospitalisée! Je vous entend de loin me dire « bien, couvre toi ma chère »! Eh bien, vous avez raison et c’est ce que je fais au maximum, j’ai même pensé à ce genre de cagoule intégrale…  🤨 

Et finalement je me suis auto-raisonnée, j’avoue que c’est un peu exagéré.

Non mais c’est un vrai sujet chez moi le froid, d’ailleurs je vous avez déjà fais un post dessus à mes débuts ici. J’ai vraiment envie de rester enfermée près de ma cheminée jusqu’ au printemps. Mais, j’ai des obligations qui m’imposent d’aller affronter le peu de degrés disponibles.

Quand le froid arrive, c’est l’hécatombe chez les drépanocytaires SS, nous sommes tous à moitié en crise et beaucoup d’entre nous finissent en hospitalisation. Ce n’est pas une légende urbaine, ce désamour entre le froid et la drépanocytose. Si vous vous demandez pourquoi les drépanocytaires sont aussi sensibles au froid voici une des explications en ma connaissance.

Quand la température baisse, notre corps qui doit se maintenir à 37 degrés pour sa survie,  va enclencher le mécanisme de la vasoconstriction afin de réguler sa température. La vaso (machin), oui il y a toujours des mots bizarres sur ce blog ! Donc pour votre information, la vasoconstriction est  un mécanisme physiologique  qui fait que le corps diminue le diamètre des vaisseaux sanguins pour pouvoir augmenter sa production de la chaleur. Malin le corps humain ! SAUF que, chez la drépanocytaire SS, les vaisseaux sanguins qui se contractent, eh bien ça favorise les crises, car nos globules en forme de faucilles, ont la fâcheuse tendance à se  bloquer dans les petits vaisseaux. Ce qui à pour conséquence, la crise douloureuse. 3 degrés en moins et hop c’est parti pour 3 jours à l’APHP!

Ce phénomène survient dès que nous sommes confrontés au froid. Automne, hiver, neige, bain froid, baignade à la piscine ou en mer, exposition prolongée au vent, forte climatisation, marcher sur surface froide etc…Je suis sur que chaque SS a une anecdote hospitalisation pour CVO causé par le froid. Moi j’ai tout fait, même la mini brise qui survient alors que je fais une sieste sur la plage en plein mois d’août. 30 min plus tard…Bim! Crise douloureuse fulgurante, les pompiers viennent te ramasser sur la plage et 5 jours d’hospi 😒!

Donc tu l’auras bien compris, le froid ne nous épargne pas alors si tu es drépano, fait très attention et couvre toi un max!

Pour couronner le tout, il faut également faire attention à tous ces virus qui nous rendre encore plus vulnérables, les rhyno, les gastro et toutes ces maladies qui finissent en « o » ou « ie » et en « ite ». Bon tu l’auras compris, le froid n’est pas mon ami, mais je fais avec.

Et toi comment tu t’en sors? Prenez soin de vous! J’envoies plein de chaleur à tous ceux qui comme moi n’aime pas le froid, drépanocytaire ou non!

NB: Je retourne me nicher dans mon spot favori…

A bientôt,

LaPryskette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *